Le Nouveau roman

Michel Butor

 

 

MICHEL BUTOR:

Biographie

professeur de langue française à l'étranger, professeur de philosophie, 1950. Carrière universitaire , professeur de littérature, Etats-Unis, puis France.

Connu comme romancier, La Modification, roman écrit presque entièrement à la deuxième personne (« vous »). Michel Butor a définitivement rompu avec l'écriture romanesque après Degrés, en 1960, avec la publication de Mobile en 1962.

A essayé dans ses premiers livres de concilier détachement de la forme traditionnelle et volonté de représenter le monde contemporain: Nouveau Roman (Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon), formes nouvelles expérimentales, Mobile, ouvrage de collages divers (encyclopédies américaines, descriptions d'automobiles, articles de journaux, etc.: rendre compte des États-Unis contemporains.

Volonté d'expérimentation pour représenter le monde présente dans tous ses ouvrages, récits de voyage (série Le Génie du lieu ), récits de rêves (Matière de rêves), nombreuses collaborations avec peintres et artistes contemporains (recueillis dans la série des Illustrations).

Approche « sur », « avec » puis « dans » la peinture. Myriades d'ouvrages, œuvres croisées.

Collaboration avec plasticiens pour livres-objets.

Poétique, au sens large, au détriment d'une approche plus traditionnellement romanesque. Ecrivains vivants francophones d'une stature internationale reconnue (Europe, États-Unis, Japon, Chine, Australie, etc.)

Bibliographie (sélection)

Romans

  • Passage de Milan (1954)

  • L'Emploi du temps (1956)

  • La Modification (1957)

  • Degrés (1960)

Poésie 

  • Hoirie-Voirie, illustré par Pierre Alechinsky, édition hors commerce Olivetti, 1970

  • Travaux d'approche, Poésie-Gallimard, (1972)

  • Envois, Le chemin, Gallimard, (1980)

  • Exprès, Le chemin, Gallimard, (1983)

  • Le fil à quoi tient notre vie, illustré par Joël Leick, Æncrages & Co, (1996)

  • Victor Hugo écartelé, illustré par Jiri Kolar, Æncrages & Co, (1988)

  • Don Juan

Textes expérimentaux 

  • Mobile : étude pour une représentation des États-Unis (1962)

  • Réseau aérien (1962)

  • Portrait de l'artiste en jeune singe (1967)

  • Le Génie du lieu : série de cinq ouvrages (Le Génie du lieu (1958), Ou (1971), Boomerang (1978), Transit (1992) et Gyroscope (1996)

  • Matière de rêves : série de cinq ouvrages (1975-1985)

Essais 

  • Répertoire [I à V] (1960-1982)

  • Retour du boomerang (1988)

  • Improvisations sur Flaubert (1989)

  • Improvisations sur Rimbaud (1989)

  • L'utilité poétique (1995)

  • Improvisations sur Balzac. Trois volumes, éditions La Différence 1998

  • Petite histoire de la littérature française : 1 livre + 6 cds + 1 dvd, éditions CarnetsNord 2008

Ecrits sur la peinture 

  • Description de San Marco (1963)

  • Les mots dans la peinture (1969)

  • Illustrations [I à IV] : série de quatre ouvrages (1964-1976)

  • Hérold (1964)

  • Notes autour de Mondrian in Tout l’œuvre peint de Piet Mondrian (1976)

  • Vanité (1980)

  • Envois (1980)

  • La verge (1981)

  • Express (Envois 2)(1982)

  • Vieira Da Silva (1983)

  • Avant-goût [I à IV](1984-1992)

  • Diego Giacometti (1985)

  • L’œil de Prague. Dialogue avec Charles Baudelaire autour des travaux de Jiři Kolář (1986)

  • Le rêve de Paul Delvaux in Delvaux. Catalogue de l’œuvre peint(1975)

  • Dialogue avec Eugène Delacroix sur l’entrée des Croisés à Constantinople(1991)

  • Les mosquées de New York ou l’art de Mark Rotko in Mark Rotko (1999)

  • Dialogue avec Rembrandt Van Rijn sur Samson et Dalila (2005)

Livres d'artiste

collabore avec des peintres.

 

  • Chants de la gravitation

  • Le Jardin Catalan

  • Flux & reflux

  • Souvenirs illusoires d'un Japon très ancien



 

Essai: Le roman comme recherche. Fiche: Hélène

 

Michel Butor, dans Essais sur le roman: éditions gallimard, B.U.Villejean: XD 843/139

 

Résumé (quatrièmes de couverture):

 

S'inscrit dans la vague « Nouveau Roman » des années 60. Exemple de critique littéraire. Interroge le roman: forme, structures, personnages, fonction culturelle: rapports roman/poésie, rôle de l' « espace romanesque », pronoms personnels, etc...

 

Le roman comme recherche:

 

I – Nous sommes entourés de récits (famille, amis, etc...). Parfois vrais, et donné comme tel, parfois faux, et donné comme tel. Le romancier, lui, fait tout passer pour vrai, et nous l'acceptons. C'est pourquoi « le roman est le laboratoire du récit. »

II – La forme: recouvre peu à peu l'expérience réelle. Principe de choix, des formes nouvelles révéleront dans la réalité des choses nouvelles. La réalité se transforme plus vite que les formes du roman traditionnelles ne peuvent l'intégrer, d'où un malaise. Donc, recherche de nouvelles formes romanesques. Le romancier doit les chercher, sinon il se fait complice du malaise. L'invention formelle permet le réalisme poussé.

III – Les événements du roman sont plus intéressants que les événements réels. La création et la lecture d'un roman étant comme des rêves éveillés, elles sont passibles de psychanalyse. Le roman sert d'exemple et permet de mieux illustrer et comprendre la vraie vie. « symbolisme » d'un roman selon Butor: « ensemble des relations de ce qu'il nous décrit avec la réalité où nous vivons. » Varies selon les romans. Ces relations sont montrées à l'intérieur même de l'œuvre.

IV – Cette relation définit le thème ou le sujet de l'œuvre. Ce sujet ne peut se séparer de la forme sous laquelle il est représenté. A nouveau sujet, forme nouvelle. Il existe des formes en inadéquation avec le sujet, que Butor qualifie d'« imposture » et qui participe au malaise. La notion même de roman évolue vers une nouvelle forme de poésie épique et didactique. Expérience méthodique.

 

Le Nouveau roman contre le roman traditionnel:

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } TD P { margin-bottom: 0cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

Le nouveau roman contre le roman traditionnel:

 

Le roman traditionnel

Le Nouveau Roman

- Une histoire, un récit.

 

- Personnages.

- Narrateur omniscient.

 

- Le description soumise au narratif.

- Refus de l'illusion chronologique et des péripéties.

- Absence de personnages au sens traditionnel.

- Narrateur hors texte qui revient sur ses commentaires.

- Le narratif soumis à la description.

- Message.

- Explication du monde.

- Reconstruction de l'homme.

- Pas de message.

- Sans explication apparente.

- Sans idéal lucide.

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site